Mutations sociétales et transformations numériques
Mutations sociétales et transformations numériques

Hommes poids sont (techniques de pêche en matière)

“Si tu donnes un poisson à un homme, il se nourrit une fois. Si tu lui apprends à pêcher, il se nourrira toute sa vie. “

Parmi d’autres citations à la paternité variable démultipliée par Internet et à la moraline co-brandée au développement personnel, celle-ci retient l’attention par l’asymétrie qu’elle donne de la relation humaine : où est l’homme ? (1)

Qu’il s’agisse de lui donner ou de lui enseigner à se nourrir, que sais-tu de lui ? — Mange-t-il du poisson ? Quel est son repas ordinaire ? Ignore-t-il toute pêche ? Désire-t-il apprendre ta technique ? Ses eaux sont-elle poissonneuses ? Leurs rives stables ? Leurs poissons digestes ? A-t-il une canne à pêche ? Des mains assez solides et en bonne santé pour la tenir ?  — 

Si tu donnes un poisson ou enseignes à pêcher, le sujet premier n’est pas “un homme”, qui serait ainsi nourri : c’est toi, toi qui actualises des virtualités, toi qui réalises tes potentiels, toi qui mets en actes et ainsi matérialises ta générosité ou encore ta capacité d’enseigner.

Si tu donnes un poisson ou si tu apprends à pêcher à un homme, tu te nourris une fois. 
Si tu apprends de cet homme — qui il est, ce qu’il veut, ce qu’il sait de sa route —, tu te nourriras toute ta vie. 

 

(1) Lire par exemple De l’absurdité de l’adage : « ne donnez pas du poisson, apprenez à pêcher » sur “Regard sur le Sud et le Nord à partager”

Flyfishing réservoir de la Salamandre. Benoit et Clément au réservoir de la Salamandre. by David Sepeau on Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *