Mutations sociétales et transformations numériques
Mutations sociétales et transformations numériques

S’il n’y avait pas d’injustices, le mot justice n’existerait pas.

Catastrophe du jour, au lieu de vouloir faire maîtresse d’école comme tout le monde, ma fille vient de m’annoncer “Quand je serai grande, je veux être juge ou policière“. Avant d’ajouter “Je préfère juge … mais je pourrais être policière juste le mercredi et le dimanche ?

A quoi je lui ai répondu “Mais oui ma chérie, il suffira de prendre un peu plus de temps pour juger les gens, que tu n’en auras pris pour enquêter sur leurs méfaits et les arrêter. Et tu pourras sans doute être policière 2 jours par semaine, et juge le reste du temps.

J’ai trouvé l’anecdote une jolie leçon que l’histoire n’a pas souvent appliquée : les hommes sont toujours prompts à exercer sans compter leur sens de la justice à refaire les procès du passé, plus rarement à éclairer de raison ceux d’aujourd’hui !

… Mais j’ai un doute, après coup, quant à la validité de ma réponse. Aurais-je plutôt dû lui conseiller d’éviter dès maintenant toute fâcheuse propension à tout ce qui est juste, équitable, droit, logique, rationnel … ou d’ambitionner plutôt de devenir trader ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “S’il n’y avait pas d’injustices, le mot justice n’existerait pas.”